Comment bien choisir le mors de votre cheval ?

Choisir le mors de votre cheval est un élément clef de sa progression.

Cependant il n’y a pas à proprement parler de bon mors et de mauvais mors. Il y a des mors adaptés au cheval, au cavalier et à leurs objectifs et des mors qui ne le sont pas. Pour bien choisir le mors de votre cheval, il faut avant tout bien comprendre ce qu’est un mors. En voici donc une définition et une description générale.

Définition générale du mors cheval :
Le mors permet au cavalier d’agir sur la tête, l’encolure et les épaules du cheval par l’intermédiaire des rênes. Le mors et plus particulièrement l’embouchure est placé dans la bouche du cheval, pour le conduire, régler son allure et le diriger dans la recherche de l’équilibre.

En règle générale, il est recommandé choisir le mors dont l’action est la plus douce possible. Il vaut mieux rechercher la compréhension et la coopération du cheval. Un mors trop puissant inadapté ou mal utilisé sera néfaste à la progression du cheval et de son cavalier. Mais chaque cheval et chaque cavalier est différent. Selon le caractère de chacun et les objectifs équestres, la recherche d’une embouchure spécifique peut s’avérer souhaitable.

Description du mors cheval :
L’embouchure :
L’embouchure est la partie du mors qui se place dans la bouche du cheval. Elle est composée des canons qui peuvent être droit, incurvés, à simple brisure ou à double brisure.

Les anneaux, aiguilles ou branches :
La partie latérale servant à relier l’embouchure aux rênes et aux montants du bridon peut être de différentes formes : anneaux, aiguilles ou branches.

Mesurer un mors :
Les tailles données pour les mors correspondent à la largeur du canon mesurée comme indiqué sur le schéma ci-dessous et exprimée en millimètres. Il s’agit de la surface utilisée par la bouche du cheval.

choisir le mors de votre cheval : comment mesurer le mors du cheval

Choisir le mors à simple ou à double brisure : quelle est la différence d’action sur mon cheval ?

Les mors double brisure ont une action plus douce que les mors simple brisure.
Les mors à double brisure procurent plus de confort et de décontraction au cheval augmentant ainsi sa réceptivité aux ordres et sa progression dans le travail. 

choisir le mors de votre cheval : Action d'un mors simple ou double brisure sur la bouche de votre cheval1 : palais  –  2 : commissures –  3 : langue –  4 : mâchoires inférieures (barres)

Le mors à simple brisure
Sous l’action de main, les canons créent une pointe qui appuie parfois très douloureusement sur le palais du cheval.
Les canons en se rapprochant enserrent fortement les barres et les commissures, c’est l’effet « casse noix». Le cheval peut manifester son inconfort de diverses manières, surtout en secouant la tête.

=> Une action de main même bien maîtrisée peut être mal acceptée par le cheval.

Le mors double brisure
 
– Sous l’action de main, l’olive centrale se plaque sur la langue du cheval. La pression est répartie entre la lange, les barres et la commissure.
– L’angle entre les canons est plus ouvert : les barres sont moins enserrées. Le cheval reste plus volontiers en contact avec la main du cavalier,  il est décontracté et réceptif.

=> les ordres du cavalier  sont transmis de manière claire et précise : ils sont mieux compris et acceptés par le cheval.

Connaître les actions des différents mors pour choisir le mors de votre cheval.

Releveur et abaisseur :
D’une manière générale, on peut dire que les mors qui ont une action sur les barres du cheval sont abaisseurs. Ils ferment l’angle que forme la tête avec l’encolure. La bouche se rapproche du poitrail.
Les mors de filets quand à eux sont releveur, c’est-à-dire qu’il laisse la possibilité au cheval d’ouvrir l’angle entre la tête et l’encolure. C’est notamment le cas des mors 2 anneaux Chantilly
Cependant certains mors ou certains mors de filets peuvent cumuler ces actions.

Les mors de filet releveurs :
Tous les mors de filet ont une action releveur. Ils effectuent une traction sur la commissure des lèvres. Les mors 2 anneaux Chantilly ont des anneaux tournants qui sont moins contraignants pour le cheval. Ils sont recommandés pour les jeunes chevaux.
Plus le canon est fin, plus l’action est forte.
Cette action peut être renforcée par certains dispositifs tels que sur les filets releveurs dont les montants traversent les anneaux.

Les mors abaisseurs :
Les mors abaisseurs agissent par pression sur la langue et les barres. Les barres sont cet espace de la mâchoire inférieure qui est dépourvu de dents. Il se situe entre les incisives et les molaires du cheval. Les mors de bride et les mors Pelham sont des mors abaisseurs.
Parlons de la puissance des mors abaisseurs. Certains mors de bride ont un passage de langue. Plus le passage de langue est important, moins la portance de la langue vient atténuer la pression sur les barres et plus le palais sera exposé à la pression du mors. Par contre, si le passage de langue est modéré, il laissera de l’espace à la langue sans mettre de forte pression sur le palais.

La puissance d’un mors abaisseur se mesure aussi à la longueur de ses branches. Les mors à branche fonctionnent par rotation autour de l’axe formé par le canon. Sur des branches longues, l’action est plus forte mais elle se déclenche avec une action de main assez marquée. Sur des branches courtes, l’action est moins forte mais elle est déclenchée par une action de main plus discrète.
Ces mors, en agissent aussi par l’adjonction d’une gourmette dont la présence augmente considérablement la force de leurs actions en exerçant une pression sur la ganache.

La gourmette :
La gourmette agit sur le nerf mandibulaire qui passe sous la mâchoire du cheval par compression. De plus, la gourmette maintient le contact entre le canon et les barres.
Plus la gourmette sera serrée, plus son contact interviendra tôt et fort lors de la rotation du mors sous l’effet de la main, ce qui rendra le mors plus sévère. Il est recommandé un début de contact de la gourmette pour une rotation de 45° du mors.

Connaître les zones de sensibilité de la bouche de votre cheval pour choisir le mors.

Les zones de sensibilité de la bouche du cheval peuvent varier selon les chevaux et la sévérité du mors varie selon l’expertise du cavalier.

Généralement on constate que :
– La langue du cheval est sensible aux pressions, et fragile au pincement.
– Les commissures des lèvres dont la peau est fine et la capacité de résistance moindre est sensible à la traction et aux pincements.
– Les barres et le palais, qui sont une muqueuse reposant presque directement sur un os, sont très sensibles à la pression.

L’humain est lui aussi sensible sur ces zones. Vous pouvez tester sur vous même la sensibilité de votre langue, de vos gencives ou de l’angle de votre machoîre et imaginer ce que ressent votre cheval.

Vous pouvez ainsi juger de la sévérité d’un mors selon les zones de fragilité de la bouche d’un cheval et les types d’action des mors.

Dans tous les cas demandez conseil à votre moniteur ou votre coach. Et n’oubliez pas qu’un mors n’est qu’un outil parmi d’autres. Il faut choisir le mors en tenant compte des capacités de votre cheval, des vôtres et de vos objectifs sportifs. Il ne remplace pas le travail au sol comme en selle, l’écoute et la complicité qui seront les clefs de votre réussite avec votre cheval.